• Tremblement de terre historique...

     

     

    Bonjour à tous. Oui je sais... je n'ai pas écris sur le blog depuis un moment... Enfin là je me devais de vous faire un compte rendu de la situation... catastrophique d'aujourd'hui.

     

    diapo japon1-polaJe me souviens encore des premiers mois au Japon, il y a avait toujours cette petite blague 'Je veux un tremblement de terre!' Rien d'irresponsable ou méchant. C'était juste marrant et intéressant pour nous, qui n'en avons pas dans nos pays, de sentir la terre bougée sous nos pieds, comme si l'on était pris d'un léger vertige. Et de pouvoir sourire et rire ensuite, 'On a survécu hahaha' parce que ce n'était que des tremblement de terre d'échelle 1 ou 2...

     

    Je me souviens hier matin, je me suis levée, j'ai regardé une émission stupide à la télé, j'ai demandé à mes amis ce qu'ils faisaient, je n'avais pas trop envie de sortir, je parlais avec des amis sur Skype, j'allais sortir à la bibliothèque...

     

    Je me souviens au moment même, j'étais avec un ami sur Skype. La terre s'est mis à bouger un peu, tremblotter légèrement. Je commence à rigoler un peu, mais cela s'intensifie. Toute la maison bouge énormement, par la fenêtre, je vois la maison d'en face qui se secoue littéralement de droite à gauche. C'est comme être un manège au parc d'attraction, c'est marrant, ça fait un peu peur, et puis ça s'arrête.

    A ce moment là, je trouvais ça super marrant; pour une fois la terre avait bien bougé, mais rien de grave. Rien n'était tombé dans ma chambre, pas de tsunamis dans le salon, pas de morts dans la cuisine, rien.

     

    Je me souviens que j'ai dit au revoir à mon ami sur Skype et que je m'apprêtais à aller à la poste quand jeTsunami-Japon-2011_03_11-002-pola.jpg suis tombée sur les informations à la télé. Le choc de ma vie peut-être. Je rigolais, je plaisantais sur Facebook 'Ouaaah Tremblement de terre, awesome! A little scary though' .Et je regarde les infos. 8.9 sur l'échelle de Ritcher. A ce moment tout a pris une autre dimension. De 'Aahahahahah', on est tous passé à '… ce n'est pas possible'

    Je me souviens que, les heures avançant, les images devenaient de plus en plus extrêmes. J'ai vu les premiers rapports, les premières vidéos, puis les images du nord, l'alerte au tsunamis, les trains bloqués, les vagues, les voitures happées, les maisons emportés. J'ai vu mon père et ma mère préparer des sacs au cas où il faudrait quitter la maison. J'ai vu le déferlement d'inquiètude, de messages sur le net. Mes vrais parents réveillés à 6h du matin par mon oncle, leur téléphone qui sonnait toutes les minutes, mes amis japonais bloqués aux quatre coins de Tokyo, les images encore plus terribles des plaines de Sendai complètement submergées...

     

    Je me souviens que la maison ne voulait pas s'arrêter de trembler. Que les répliques ont continué pendant environ deux heures, jusqu'à un point où je ne savais plus si ça tremblait ou non, le point où j'avais le mal de coeur... Et les images, toujours les images; les coups de téléphone, les amis inquiets, mon père qui rentre du travail, impossible de travailler, les gens qui marchent pendant des heures pour rentrer chez eux, les bouteilles de vin sur le sol dans les magasins, le bordeaux rouge fait penser au sang... Tous les présentateurs télés avec leur ridicule casque qu'ils sont les seuls à porter... le tourbillon en pleine mer, les bâteaux emportés...

     

    Je ne me souviens plus comment on en est arrivé là. Je ne comprends pas comment d'un moyen tremblement de terre, qui m'a fait rire sur le moment, on en est arrivé à 'Le tremblement de terre le plus fort depuis un siècle', plus fort que celui de Kobé qui avait fait tant de morts, plus fort que celui en Nouvelle-Zélande (Je me souviens encore que je regardais les images, je pensais aux 45 étudiants japonais tués dans un effondrement) et même plus fort que celui du 26 décembre 2006 en Thailande, dont les images m'avaient glacée d'effroi.

     

    japon_seisme_tsunami-pola.jpgJe voulais remercier tous ceux qui se sont inquiètes, impliqués malgré eux dans une catastrophe à l'autre bout du monde, condamnés à s'y intéresser plus qu'ils ne l'auraient fait autrement... J'ai du mal à contempler un pays, hier encore si normal, aujourd'hui si incroyablement dévasté...Je devais aller en vacances dans le nord, là où ils ont eu les gros tsunamis. Nous n'avons toujours pas de nouvelles de la grand-mère de mon amie, chez qui nous devions aller. Je ne sais pas si je pourrais sortir aujourd'hui, bien que je ne veuille pas rester à la maison enfermée, tourner en rond est encore pire.

    J'ai du mal à me faire à l'idée que j'ai vécu une catastrophe naturelle d'ampleur incroyable, bien que je ne l'ai pas ressentie aussi fort. Cela sera sans doute (Et j'espère), la plus grosse catastrophe naturelle où je me suis jamais retrouvée (Bien que j'ai déjà failli me faire tuer par une tempête tropicale un soir d'il y a trois ans...une autre histoire)

     

    Enfin voilà, je vais bien, mais pas le Japon. Je promets que j'écrirais d'autres articles bientôt.

    Pensez un peu aux japonais parfois, mais pas qu'à eux. Parce que c'est vrai: on en a jamais rien à foutre des catastrophes qui ne nous touchent pas directement... mais quand ça nous arrive, c'est tout de suite plus préoccupant. Donc pensez un peu à ça, j'y pense beaucoup personnellement.

    Gros bisous à tous, je vous aime <3< > Ganbarimashô ! (Courage ! :D)</3<>

     

    *J'ajoute les photos dès qu'internet veut bien marcher en mode rapide